Discours d’audience de l’association par Monsieur Le Préfet

Le 24 janvier 2020.

Les sinistrés de la Sarthe, membres de l’association, “Les oubliés de la canicule 72”, réunis en Assemblée Générale Extraordinaire, le 23 janvier 2020, au Mans, remercient Monsieur Nicolas QUILLET, Préfet de la Sarthe, d’avoir accepté la proposition de Monsieur le sénateur Jean-Pierre VOGEL d’inviter :
– Tous les sénateurs,
– Tous les députés,
– M. Dominique Le MÈNER, Président du Conseil Départemental,
– M. Marc JOULAUD, Président de l’Association des Maires,
– M. Dominique DHUMEAUX, Président de l’Association des Maires Ruraux,
A l’audience de notre association le 24 janvier à la Préfecture de la Sarthe.

Monsieur Le Préfet,

Nous souhaitons vous informer des actions entreprises, depuis l’adoption de l’appel, le 17 octobre au Bailleul et sa lecture à l’Assemblée générale de l’Association des Maires de la Sarthe, le 19 octobre à Arnage.

Nos représentants ont rencontré, le 15 novembre 2019, Madame Adeline SAVY, Directrice de votre cabinet, que nous remercions pour sa franchise même si nous regrettons que nos demandes soient restées vaines. Elle a acceptée de prendre en considération la situation dramatique de certaines familles sinistrées.
On a appris, lors de cette rencontre, que la transmission des demandes de reconnaissance à la Commission Interministérielle est effectuée par l’unique saisie des formulaires CERFA, envoyés par les maires des communes sinistrées.

Monsieur Dominique LE MÈNER a adressé, le 15 octobre, un courrier à Monsieur Christophe CASTANER pour demander un recours gracieux pour toutes les communes de la Sarthe non reconnues. Il a demandé “de reconsidérer le périmètre de l’arrêté ministériel du 19 juillet 2019 portant sur l’année 2018 en intégrant les communes signalées et de prendre en considération de manière plus large les phénomènes constatés en Sarthe lors de la préparation de l’arrêté ministériel relatif à la reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle au titre de la sécheresse et de la canicule de l’été 2019”.

Notre association a échangé avec tous les députés et sénateurs sur le moyen, le plus efficace, pour donner, à ce recours gracieux, toutes ses chances d’aboutir favorablement.

Monsieur Louis-Jean DE NICOLAY, sénateur de la Sarthe, est intervenu auprès de votre cabinet, pour demander l’envoie de tous les documents utiles afin appuyer les demandes de recours, en cours. Ces documents doivent servir à démontrer l’état de sécheresse à l’origine des mouvements de terrain qui ont provoqués des fissures sur les habitations.

Dans son courrier du 3 décembre, notre Président, a souhaité “l’envoi urgent à la commission interministérielle, de tous les communiqués de presse et arrêtés de sécheresse pour restreindre l’usage de l’eau, que vous avez publié depuis juin 2017. Ces documents, (et tout autre document, comme la pluviométrie,…) apporteront une preuve irréfutable sur l’état caniculaire au caractère exceptionnel qu’a connu la Sarthe et permettront de satisfaire les demandes de recours en cours.”
Lors de la réunion des communes non reconnues, le 10 décembre à Coulaines, en présence de l’avocat Maître Christophe FORCINAL, les maires présents (ou représentés) et notre bureau ont formulé les propositions suivantes :
– faire un recours groupé auprès du tribunal administratif
– en parallèle, refaire une demande reconnaissance pour 2019
Les maires des communes présents, ont déclaré 155 sinistres en 2018 et 174 en 2019.
Monsieur Le Préfet de la Sarthe,

La réunion de préparation le 13 janvier 2020 (étaient présents : avec M. Dominique AMIARD, Vice-Président de l’AMF 72, M. Marc JOULAUD, Président de l’AMF 72, M. Léo SEGOUIN-SCHAPIRA collaborateur de Mme TOLMONT, Mme Christine MARCHAND, collaboratrice de M. VOGEL, Mme Véronique GODARD, collaboratrice de Mme FONTENEL-PERSONNE, Mme Lucie PINEAU, collaboratrice de Mme KARAMANLI, M. Dominique DAVOINE, adjoint au Maire de la Flèche, M. Daniel PLUCHON, de Le Mans Métropole et Mme. Tatiana DUPONT, de l’AMF 72),

Sur le plan départemental,

– Nous souhaitons connaître la situation réelle en Sarthe :
o Combien de dossiers, par commune, ont été reçus par vos services et envoyés au ministère chaque année ?
o Avez avez-vous des estimations des sinistres non déclarés ?
o Comprendre pourquoi les délais de réponse du Ministère sont trop longs ? Pour des demandes déposées en août 2018, les réponses ne sont arrivées qu’en août 2019.
o Savoir s’il est normal, que la circulaire du 10 mai 2019 soit appliquée à des demandes de 2018 ?
o Savoir comment vos services appliquent la circulaire du 10 mai 201
o Obtenir les données météorologiques pour 2018 qui ont conduit à cette décision :
 l’ensemble des données météorologiques utilisées dans le calcul de l’indicateur de l’humidité en sol superficiel et la durée de retour pour toutes les mailles de la Sarthe.
• les lieux et les dates de leur prélèvement
• les formules de calcul de ces paramètres
 Pourquoi la durée de retour n’est pas de 25 ans ?
o Savoir pourquoi vos services n’ont pas envoyé les arrêtés de restriction de l’usage de l’eau pour soutenir les recours gracieux

– Nous proposons les actions suivantes :
o Sensibiliser et informer les maires des communes de la Sarthe et former les secrétaires de mairie pour :
 la comprendre la circulaire et instruire les demande de reconnaissance
 informer les habitants ayant constaté des fissures de se manifester
o Valider les demandes de reconnaissance :
 Vérifier si toutes les demandes pour 2019 respectent la circulaire
 Faire de nouvelles demandes pour les communes non reconnues en 2018
 Rattraper les situations de sinistres non déclarés
o Évaluer les conséquences sociales, sanitaires et psychologiques pour les habitants sinistrés et leur venir en aide
o Prendre des mesures de sauvegarde et mettre la situation sous contrôle afin d’éviter que les désordres ne s’aggravent :
 Réaliser des études et des expertises, in situ, permettant d’identifier les veines argileuses et caractériser l’intensité du phénomène naturel à l’origine des dégâts recensés
 Évaluer le degré de dangerosité des habitations touchées et proposer les mesures urgentes de sauvegarde
 Assister les sinistrés dans leur choix de travaux de réparation, certaines personnes ont fait faire des devis et ont lancé des réparations, mais parfois celles-ci ne servent à rien.
o Élaborer un plan de risque pour l’été 2020 pour anticiper l’ampleur de cette catastrophe insidieuse dans les prochains mois. Il est à craindre l’augmentation probable du nombre de sinistres, si la tendance exponentielle se confirme.
 En 2018, 30 communes ont été touchées en Sarthe,
 en 2019, 65 communes
o Recenser les bâtiments publics qui fissurent
o Mise en place d’une instance composée de représentants des parlementaires, des maires, de notre association et de la Préfecture pour veiller à la réalisation de ce plan.

Sur la plan national,

– L’Assemblée Nationale, dans la nuit du 17 décembre 2019, a “adopté un amendement du gouvernement qui débloque une enveloppe de 10 millions d’euros. Celle-ci va permettre, de façon exceptionnelle, la mise en place d’un dispositif de soutien aux habitants victimes de la sécheresse de 2018.”Ceci fait suite, à l’article du journal La voix du Nord daté du 18/12/2019, dont le titre est : “Sécheresse: l’État vient en aide des sinistrés de la Vallée de la Lys”.

Nous demandons que cette mesure soit étendue à tous les sinistrés de France, même ceux qui ne bénéficient pas de cette bienveillance de Monsieur Gérald DARMANIN.

Nous souhaitons savoir :
o S’agit-il d’un fonds national ?
o Qu’en est-il pour la Sarthe

– Mme PINEAU indique que le fonds Barnier était excédentaire de 137 millions d’euros, qui ont été réintroduits dans le budget de l’Etat.

Nous souhaitons savoir pourquoi ce fonds n’est-il pas complètement utilisé au bénéfice des sinistrés ? Et demandons la réaffectation de la totalité des Fonds Barnier à leur fonction première et qui ont été détournés de leur objectif par l’Etat à hauteur de 200 millions ainsi que nous l’avons appris de la bouche de Monsieur le Sénateur Didier MANDELLI lors de la séance de nuit au Sénat le 29.10.2019

– Le sénat a adopté la proposition de loi présentée par Mme. Bonnefoy et M. VASPART de la mission d’information sur le régime d’indemnisation des catastrophes naturelles et adopté deux amendements présentés et défendu par M. VOGEL.
Nous nous réjouissons de cet évènement mais force est de constater, que ces avancées restent trop limitées.

Nous renouvelons notre demande pour la modification voire la suppression de la circulaire du 10 mai 2019 et la mise en place d’un projet de loi à la hauteur des ambitions du rapport rédigé par la mission.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *